En même temps, toute la terre et tout le ciel de Ruth Ozeki

Un sac en plastique rejeté sur une plage : a priori un de ces déchets qui encombrent nos océans. Pourtant, en décidant d’y jeter un œil, Ruth ouvre la porte d’un univers insoupçonné : celui de Nao, une jeune lycéenne japonaise qui confie à l’océan son désenchantement.

C’est par ce tour de passe-passe, matérialisé par quelques objets hétéroclites comme un bento Hello Kitty, une montre ancienne ou une édition d’A la recherche du temps perdu, que Ruth Ozeki nous entraîne alternativement de l’existence de Ruth, sur son île de Colombie britannique, au quotidien de Nao, une adolescente lucide et désespérée. Des récits entrecroisés passionnants !

Se jouant du temps, de l’espace ou encore des langues, l’auteur jongle avec ces vies que tout oppose à première vue : décor, réalité, époque, … Après une enfance passée aux Etats Unis, Nao se sent déracinée au cœur de Tokyo. Elle est harcelée par ses camarades et perd pied peu à peu. Ses parents ne lui apportent qu’un maigre soutien : son père étant aussi perdu qu’elle et sa mère aveuglée par trop de réalisme. Le réconfort lui viendra de ses ancêtres, ceux dont elle n’espérait plus rien. Dont elle ignorait jusqu’à l’existence. A l’opposé, menant une vie plutôt bohème, Ruth cherche l’inspiration sur son île; le temps y semble une réalité dépassée et les soucis sont tout autres.

Dans cette fresque chorale, deux personnages se démarquent prennent tour à tour la parole : Nao est une jeune fille déboussolée. Son enfance en Californie l’a éloignée de son pays natal; elle parvient difficilement à y trouver ses marques. Elle cache à ses parents les problèmes qu’elle rencontre au collègue et confie à son journal son mal-être et ses pensées. En mal de repères, elle trouve auprès son arrière-grand-mère Jiko qu’elle connaît à peine une grande écoute et un soutien inattendu. Les jours qu’elle passe en sa compagnie au temple ont la saveur de la plénitude et de la légèreté : ils lui permettent de mettre des mots sur sa colère, de se fixer sur ses valeurs. C’est également lors de ce séjour qu’elle découvre également Haruki 1, son grand-oncle kamikaze. Une figure qui lui servira de modèle, tout comme Jiko, qu’elle contacte via sms en cas de doute. A son corps défendant, Nao est un personnage fort et plein de ressources.

Désœuvrée sur son île, Ruth trouve dans ce journal à la mer et dans la quête qu’elle entreprend, une nouvelle raison de vivre et d’agir. Elle a choisi de fuir le monde en compagnie de son mari Oliver, passionné d’écologie et de sa mère malade d’Alzheimer. Aujourd’hui, sa mère est décédée et elle tourne en rond, coincée sur son prochain roman… Ce sac rejeté par les flots lui offre un dérivatif bienvenu, elle veille jalousement sur son contenu et est contrariée de le voir au centre de l’attention des habitants de l’île. Indécise et nostalgique, elle y trouve une raison de s’interroger, autre que le retour de l’électricité ou les aventures du chat familial. Elle aimerait faire de Nao le personnage d’un de ses romans, détenant alors la toute-puissance sur sa destinée.

Au-delà de ces personnages attachants et improbables pour certains, Ruth Ozeki confronte également deux visions du monde. D’un côté, ce Japon multi-facettes où modernité et traditions cohabitent mais où réalité et légendes s’affrontent également cruellement. A l’autre bout de l’océan, sur l’île de Ruth, la vie semble rythmée par ces déchets trouvés sur la plage; l’horizon est réduit dans cette communauté où tout se sait, où chacun se sent impliqué au cœur de la vie des autres.

Quant au style, il varie au gré des personnages qui prennent la parole, s’adapte tout au long du roman, lui conférant fraîcheur et vivacité. L’ensemble est un savant mélange de styles et d’époques : par-delà les récits de Nao et Ruth, interviennent d’autres destinées, d’autres lieux qui tour à tour s’imbriquent avec succès dans cet édifice délicat. A l’image du Free Store, le magasin favori de Masako, la mère de Ruth ou de cette bibliothèque un peu magique, cachée au cœur de la déchetterie, montée d’ouvrages uniquement de récupération : une pépite qui semble se laisser désirer et promet de petits instants de bonheur.

Mêlant les genres et ne reculant pas devant les sujets sensibles, Ruth Ozeki avance patiemment et élabore un ouvrage minutieux A deux niveaux, voire plus, l’intrigue est habilement construite, par petites touches, au fil du journal de Nao : la pression de ses pairs, le désespoir de son père, le tsunami, élément factuel survenu entre la rédaction du journal de Nao et la découvert de Ruth, … autant de facteurs qui ont pu mettre la jeune fille en danger et faire de son sauvetage par Ruth une chimère. Fantastique, Histoire, spiritualité, actualité douloureuse, témoignage, magie,… l’histoire croisée de Nao et de Ruth, telle un patchwork confortable et harmonieux, se tisse peu à peu et aboutit à un récit passionnant, émouvant qui laisse le lecteur charmé et étourdi une fois la dernière page tournée.

Chronique de Nahe 

En même temps,  toute la terre et tout le ciel, Ruth Ozeki, traduit par Sarah Tardy, éditions Belfond, ISBN 9782714454058

Quatrième de couverture

Entre réalité et imaginaire, une rencontre littéraire bouleversante entre deux femmes en quête d’identité. Puisant dans la tradition des « I-Novels » japonais, un roman à tiroirs empreint de questionnements métaphysiques, mais aussi humanistes et écologiques, auquel se mêle une troublante réflexion sur le temps, le langage, la méditation et l’Histoire. Dans la lignée de Murakami, un bijou littéraire original, à la fois profond et plein d’humour, intime et universel.

Dans la lignée de Murakami, un bijou littéraire original, inspiré des « I-Novels » japonais, porté par une construction virtuose. Entre imaginaire et réalité, une oeuvre à la fois profonde et pleine d’humour, intime et universelle, assortie d’une formidable réflexion sur le temps et l’Histoire.

Le sac en plastique avait échoué sur le sable de la baie Desolation, un de ces débris emportés par le tsunami. À l’intérieur, une vieille montre, des lettres jaunies et le journal d’une lycéenne, Nao. Une trouvaille pleine de secrets que Ruth tente de pénétrer avant de réaliser que les mots de la jeune fille lui sont destinés…

Depuis un bar à hôtesses de Tokyo, Nao raconte des histoires : la sienne, ado déracinée, martyrisée par ses camarades ; celle de sa fascinante aïeule, nonne zen de cent quatre ans ; de son grand-oncle kamikaze, passionné de poésie ; de son père qui cherche sur le Net la recette du suicide parfait. Des instants de vie qu’elle veut confier avant de disparaître.

Alors qu’elle redoute de lire la fin du journal, Ruth s’interroge : et si elle, romancière en mal d’inspiration, avait le pouvoir de réécrire le destin de Nao ? Serait-il possible alors d’unir le passé et le présent ? La terre et le ciel ?



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin