Les voyages de Daniel Ascher de Déborah Levy-Bertherat

Les voyages de Daniel Ascher de Déborah Levy-Bertherat

Etudiante en archéologie, Hélène s’installe à Paris dans la chambre de bonne de son grand-oncle Daniel Roche. Elle n’est pas très proche de cet éternel enfant qui faisait la joie des plus jeunes lors des réunions de famille en racontant avec force gestes et mimiques ses voyages aux quatre coins de la planète. Ses talents de conteur, il les a aussi mis au service de Peter Ashley-Mill, le héros de La Marque noire, une série à succès de romans d’aventures pour adolescents dont il est l’auteur, sous le pseudonyme de H.R. Sanders. Mais Hélène n’a jamais réussi a dépassé le troisième chapitre du premier tome de ces livres qui ont fait frémir toute une génération. Daniel, à l’instar de son héros, voyage beaucoup, Hélène n’a donc que très peu de contacts avec lui et elle s’en félicite. Pourtant, à force de côtoyer ses fans, dont son petit-ami Guillaume est un bel exemple, ses voisins et amis, elle finit par s’intéresser et aux livres et à l’homme. Elle découvre ainsi que derrière Daniel Roche se cache Daniel Ascher, un petit garçon juif qui a fui l’Occupation et les rafles pour trouver refuge en Auvergne chez ses arrière-grands-parents. Intriguée, Hélène part sur les traces de son grand-oncle, à la recherche de ce qu’il fut et aussi de ce qu’elle est.

 

En même pas 200 pages, dans un roman qui ne paie pas de mine, un premier roman qui plus est, Déborah LEVY-BERTHERAT réussit avec beaucoup de douceur et de pudeur à évoquer des sujets graves sans tomber dans les clichés ou le pathos. On y suit une jeune fille sérieuse, à peine sortie de l’adolescence, et qui en garde encore les préjugés et les jugements à l’emporte-pièce, qui au fil d’une enquête au coeur des non-dits familiaux, va mûrir et se révéler à elle-même. Face à Hélène la pondérée, le fantasque Daniel roche, alias H.R. Sanders, semble frivole et pourtant…De la rue d’Odessa à Paris jusqu’à New-York, en passant par l’Auvergne, Hélène va découvrir l’histoire d’une famille juive décimée par la guerre, d’un enfant tiraillé entre le souvenir des siens et son nouvel attachement à ceux qui l’ont recueilli, sauvé, adopté et qui n’a eu d’autre choix que de s’évader et de se raconter à travers ses romans. Car c’est dans La Marque noire qu’Hélène va trouver les cailloux semés par Daniel pour aller vers la vérité. Chez les Roche le parcours de Daniel n’est pas un secret, plutôt un non-dit, un épisode recouvert du voile de l’oubli; les Justes sont discrets. Mais Daniel, bien sûr, n’a pas oublié le petit Ascher, ses parents, sa soeur, la boutique de photographe qu’ils habitaient et la nostalgie de ce bonheur saccagé par les nazis n’a jamais cessé de le hanter. C’est cette histoire, intimement mêlée à la sienne, qui va faire grandir Hélène, la réconcilier avec sa part d’enfance, lui donner les ailes pour s’envoler vers l’avenir.

Un roman tendre et sensible qui révèle une auteure brillante et prometteuse. A découvrir.

 

Chronique de Sandrine F

 

Les voyages de Daniel Ascher, Déborah Lévy-Bertherat, Payot Rivages, ISBN 2-7436-2584-8 

 

Quatrième de couverture :

Une année particulière commence pour Hélène, quand elle s’installe à Paris pour étudier l’archéologie. Elle est logée par son grand-oncle Daniel, un vieux globe-trotter excentrique qu’elle n’apprécie guère. Il est l’auteur, sous le pseudonyme de H.R. Sanders, de La Marque noire, une série de romans d’aventures qu’elle n’a même pas lus. Son ami Guillaume, fanatique de cette série, l’initie à sa passion. Mais pour Hélène le jeu des lectures ouvre un gouffre vertigineux. Elle découvre en Daniel un homme blessé, écartelé entre deux identités et captif d’un amour impossible. Elle exhume de lourds secrets de famille remontant aux heures sombres de l’Occupation. Pendant ce temps, les lecteurs de H.R. Sanders attendent le vingt-quatrième volume de la série, dont les rumeurs prétendent qu’il sera le dernier. En explorant avec finesse les blessures d’une mémoire tentée par le vertige de l’imaginaire, Déborah Lévy-Bertherat rend ici hommage aux sortilèges ambigus de la fiction.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin