Kinderzimmer de Valentine Goby ( 2)

En ce temps-là, Suzanne s’appelait Mila; c’était un nom de code, son nom de résistante. Elle codait les messages et cachait des résistants. Elle était jeune, ne connaissait rien de la vie, de l’amour, mais vivait dans l’urgence comme ceux qui mettent leur vie en danger. Tout bascule le jour où elle est dénoncée et déportée. Vers où ? Nul ne le sait. L’Allemagne sans doute, un camp de travail probablement…Mila ne se doute pas qu’elle part pour l’enfer. A Ravensbrück, des milliers de femmes tentent de survivre à la faim, au froid, à la maladie, aux travaux forcés, aux brimades, aux sévices. Mais Mila s’inquiète surtout pour le secret qu’elle cache au fond de ses entrailles, fruit d’une nuit d’abandon dans les bras d’un résistant de passage. Cet enfant qu’elle va mettre au monde est-il condamné à mort ? Non, dans le camp, Mila n’est pas un cas isolé et il existe une « nurserie », la Kinderzimmer, chambre des enfants. C’est dans cette pièce sombre et gelée que Mila voit son enfant dépérir, vieillir prématurément, malgré tous ses efforts, malgré le lait offert par les autres prisonnières, malgré le temps qui joue en sa faveur, les alliés ont débarqué, la guerre touche à sa fin…

 

Le camp qui avilit, qui déshumanise…L’horizon qui se réduit à un quignon de pain sec…Le règne du « chacun pour soi »…Les jours rythmés par l’appel, les ordres aboyés…Le corps qui lâche, qui se vide, qui n’est plus que plaies…Les fours, les chambres à gaz, la mort partout…Et puis, comme une lueur d’espoir, la solidarité, l’amitié qui éclot, plus forte que la peur, la haine des bourreaux. Un bout de charbon que l’on vole pour réchauffer un bébé, du lait que l’on offre pour le nourrir, l’amour que l’on donne pour remplacer une mère disparue.

Kinderzimmer est une histoire souvent insoutenable qui évoque les atrocités des camps de concentration, le désarroi des détenus après la libération, leur difficile retour, portée par l’écriture incisive, sans concessions de Valentine GOBY. Un récit douloureux, éprouvant mais indispensable.

 

Chronique de Sandrine F

 

Kinderzimmer, Valentine Goby , Actes Sud , ISBN 978-2-330-02260-0

 

 

Quatrième de couverture :

Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
– Je ne sais pas.
– Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
Mila se retourne :
– Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
– La même chose que toi. Une raison de vivre.”

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.



une petite faim de culture ? inscrivez vous à la newsletter
Share This
WordPress Video Lightbox Plugin